Megi Xexo RSS

Née en 1989 à Tirana, Megi Xexo est une artiste polymorphe établie à Sète, en France. Son parcours artistique embrasse une diversité de disciplines, de la musique à la conception graphique et éditoriale, en passant par la performance scénique, à la composition pour le spectacle vivant et à la production électronique. Après des études au Conservatoire

de Musique de Toulouse, où elle se forme au violon et au chant, à la formation musicale et à l’orchestre, Megi poursuit parallèlement des études d’Arts plastiques. Elle obtient son DNAP de design graphique à l’ISDAT Toulouse en 2013. Cette double formation jettera les bases d’une pratique artistique plurielle, où chaque discipline se nourrit de l’autre pour créer des œuvres distinctes. Dès lors, elle entreprend de découvrir ses liens avec l’Albanie. Ce point de départ inaugure une quête personnelle visant à renouer avec sa culture et à redécouvrir ses racines. Elle vogue entre musique et image, évolue pendant près de 8 ans en squatt, et commence à se produire sur la scène punk dans divers groupes de musique NO WAVE, improvisée et radicale. Elle s’initie au fanzinat, qui sera un support d’expression et de recherche formelle. Pendant ses études, elle intègre le collectif Indélébile (collectif d’auteurs et micro-éditeurs, illustration, graphisme et bande dessinée) avec lequel elle organisera pendant près de 10 années le festival du même nom, dédié à la micro édition et au fanzinat, dont elle sera DA en 2016. Elle fonde une maison de micro-édition, produit de nombreuses affiches de concerts, d’objets éditoriaux qu’elle façonne en édition limitée, participe à des ouvrages collectifs, revues, produit des pochettes de d’albums de la scène underground française. Puis se tourne vers la peinture.

Depuis 2014, elle se produit sur les scènes musicales françaises et européennes (entre squats et salles conventionnées, faisant des premières parties de groupes reconnus), explorant constamment de nouveaux horizons artistiques. Pendant près de huit ans, elle performe au sein du groupe DERINËGOLEM, duo au sein duquel elle officie en tant que violoniste et chanteuse. DERINËGOLEM puise dans le folklore et la culture de Megi. Au travers de ce groupe elle cherche à se rapprocher de son patrimoine qu’elle ne connaît qu’à travers le regard de sa famille. En récupérant des fractions de chansons populaires albanaises, elle amplifie son violon qui se marie à une batterie résolument rock pour créer une musique envoûtante et énergique. —-Les performances du groupe,transes et frénétiques, ont conquis des publics à travers toute l’Europe (France, Suisse, Belgique, Allemagne, Serbie, Kosovo, Bulgarie, Albanie...) offrant des moments de communion intense entre les musiciens et leur auditoire. En 2022, après l’enregistrement de leur premier album à Prishtina, le groupe se sépare, sans sortir l’album. En 2021, elle décide de partir pour la première fois seule en Albanie. Sa quête personnelle lui a permis de rencontrer de nombreux artistes de la scène contemporaine albanaise. Ce périple a profondément influencé sa vision artistique, l’incitant à explorer de nouveaux territoires sonores et à interroger les liens entre héritage et contemporanéité dans ses expérimentations.Elle y retourne désormais tous les ans afin de garder un lien intime et fertile avec le territoire tout en cherchant à réactualiser sa pratique.

Depuis deux ans maintenant, Megi se consacre à la composition pour le spectacle vivant, collaborant avec des compagnies de cirque et de théâtre. Son travail s’étend également à la musique à l’image, avec la composition de bandes sonores pour des courts métrages tels que «Si t’as un coeur» réalisé par Emilie Vandenameele (présenté en sélection officielle à la 71ème Berlinale en 2021, le film a depuis été présenté dans une vingtaine de festivals à l’international) et prochainement Satyrs Night Club, réalisé par William Sorribès. Plus récemment, Megi a entamé un projet solo sous le nom de XIXAVEGA. À travers ce nouveau projet, elle plonge dans les profondeurs de l’intime et de l’inconscient, explorant ses racines albanaises à travers des sonorités électroniques envoûtantes. Entre rythmes tribaux et voix prophétiques, XIXAVEGA offre une expérience musicale à la fois intime et transcendantale. XIXAVEGA, est le fruit de cette quête spirituelle et créative, mêlant les sonorités hypnotiques de la techno à des influences tribales et ethniques, pour créer une musique résolument contemporaine. De nouveaux champs à explorer.

Depuis 2024, elle est membre fondatrice du collectif REGALIZ qui propose des dérives formelles via des dispositifs, mises en scène, écritures, formes, sons, images qui interrogent le monde et invitent à des fêtes inclusives et intentionnelles. REGALIZ invite des artistes par affinités électives et sensibles, reconnaissance mutuelle : artistes pionnier.e.s qui donnent vie à des formes hybrides ou limpides, créatures ou créations, des moments de communion joyeuse et troublante. REGALIZ crée des communautés éphémères autour de formes : musicales, narratives et interrogatives, performatives, visuelles, cabaretesques, festives,.. formes de fouilles, de constructions, de relations et d’archivages. De manière plus anecdotique Megi Xexo a travaillé dans le domaine du cinéma et de la décoration, et a également une pratique de DJ depuis plus de dix ans. Elle continue à produire des affiches pour des évènements musicaux et littéraires.

ITW Megi Xexo

il y a 1 mois